Le labyrinthe de Pan

Aller en bas

Le labyrinthe de Pan

Message  Winifred Sanderson le Jeu 21 Déc - 16:26

Je l'ai enfin vu (et avais oublier d'ouvrir un topic. Embarassed ).
La deuxième claque cinematographique après Le nouveau monde.Désolée si je vais etre longue.
Le labyrinthe de Pan est pour moi un chef d'oeuvre.J'ose le mot.
Je pense sincèrement que c'est un film qui parlera d'abord à tous ceux qui ont revé,qui revent et à qui l'imagination ne fait pas defaut.Ils comprendront alors le personnage d'Ofélia,cette enfant à qui on a envie d'ouvrir les bras pour qu'elle ne souffre plus.

C'est en apercevant un insecte que la petite Ofélia,sourire aux lèvres,annonce à Carmen,sa mère au regard triste,qu'elle a vu une fée.Plusieurs livres dans les bras de l'enfant,des contes.Sa mère la met en garde : elle trop grande,desormais,pour continuer à se nourrir l'esprit avec ce genre de litterature.Avec sa mère qui supporte mal sa grossesse,elle arrive dans le Nord de l'Espagne.Là,elle y rencontre son beau-père,le Capitaine Vidal.Lui est d'une exactitude effrayante : sa montre à la main,il ne tolère pas le moindre retard,pas plus qu'il n'accepte ce qui est different.Il reprimandera l'enfant qui lui tend la main gauche pour le saluer.
Il y a là un medecin,et surtout une jeune femme dont Ofélia va spontanement se rapprocher,Mercedes.Tous deux sont en danger :ils font partis des resistants.Cotoyer de si près Vidal et ses sbires equivaut à se jeter dans la geule du loup.
Si elles sont venues là,c'est pour se rapprocher de cet homme,le capitaine,à la fois le mari et le père.Mari accepté pour des raisons que nous ne connaitrons pas,mais qu'il est aisé de deviner.Père qu'Ofélia refuse.Le sien est mort à la guerre.Jamais elle ne l'appelera "papa",il sera juste "le Capitaine",quand bien meme sa mère lui repetera,litanie atroce,qu'il est son père,qu'il merite le respect,qu'il est un homme bon.Cette repetition laisse à penser que Carmen elle-meme s'en persuade.
Lui ,Vidal,recherche les derniers resistants,ces gens qui sont pour lui une abomination,aux idées d'un autre monde.Les quelques mots qu'il prononce à table le montre : lui et son fils sont le futur terreau d'une Espagne belle et pure.Son fils est son cadeau.On devine qu'il lui transmettra les valeurs que son père,presence invisible mais pourtant si forte, a mis en lui.

Quand l'insecte de la foret rejoint Ofélia à la nuit tombée,prenant l'apparence d'une fée aux couleurs vertes,Ofélia n'hesite pas à la suivre.La fée l'emmène dans le labyrinthe,un labyrinthe de vieilles pierres et d'arbres morts.Là,elle y decouvre un Faune qui faisait corps avec ces ruines,un faune grand et vieux,qui la reconnait pour ce qu'elle est : la Princesse Moana,qui a fuit son royaume,poussée par curiosité de decouvrir le monde des humains.Il l'attend là depuis une eternité.Elle aura trois epreuves à accomplir,toutes plus terrifiantes les unes que les autres,pour rejoindre sa famille et son monde.
Pan (que j'aime tant,si on me connait un peu) lui meme est tout d'ambiguité : il peut etre plaisant,enjoleur et rassurant.Jusqu'à la fin,ses réelles motivations nous seront inconnues.Mais il peut etre aussi effrayant,dur et calculateur.Que tout cela soit fantasmé importe peu : le constat est que l'imaginaire ne gagnera jamais face au réel.Que les vrais monstres ont un visage humain.Le Pale Man et Vidal se ressemblent : tout deux sont marqués par le temps qui passe,qui devore.L'un est militaire,l'autre est mythologique,tous les deux sont inhumains.L'allusion à la peinture de Goya "Saturne devorant ses enfants" est criante dans le lieu ou "vit" le Pale Man.Ce sont des ogres,dans leur essences la plus pure.Mais Vidal est pire que ça : c'est une machine,reglé comme une horloge,totalement fermé à l'imaginaire (un certain plan le confirme parfaitement),une metaphore à lui seul du fachisme,qui ferme les barrières,qui interdit l'ouverture.
Il y a une alternance entre le réel (la traque des resistants)et l'imaginaire (Ofélia et ses differentes epreuves),qui s'oppose mais se rejoignent,avec une force rarement vue (par moi) au cinema :harmonie magnifique.C'est cruel,horrible (la fameuse scène de la bouteille ecrasée sur le nez) ,terrifiant (la scène du Pale Man,intense et febrile).
On y parle de l'innocence pervertie,de la transmission,l'amour fraternel (Mercedès faisant tout ce qui est en son pouvoir pour aider son frère,ou Ofélia parlant au sien à travers le ventre de sa mère : quand tout cela sera terminé ,lui promet-elle,il sera un Prince dans son royaume.Scène poignante) ,le mal et ses differentes formes.
Del Toro confirme qu'il est un cineaste de l'emotion pure,d'une sensibilité desesperée.Un film qui fait appel au coeur.On entre dans ce labyrinthe et on s'y attache,jusqu'à la fin ,ou Del Toro poursuit la logique de son histoire,sans aucunes concessions.Cette fin,je le repete, est tout simplement bouleversante.
Le réel et le fantasmagorique sont inconsciamment liés,ou Del Toro nous laisse le choix d'interpretation.Melange de violence et de subtilité,rempli de symbolismes,Del Toro soignant ses plans jusqu'au moindre details.Sans parler de la musique,belle et touchante,accord parfait pour cette fantasmagorie dechirante,à la fois fable politique et conte desenchanté.Tenebreux et féerique.
avatar
Winifred Sanderson
sous- programme

Nombre de messages : 247
Localisation : Salem
Date d'inscription : 29/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le labyrinthe de Pan

Message  Winifred Sanderson le Jeu 18 Jan - 14:41

Je me permets de faire un petit "up" pour ce film.
Je n'arreterai jamais de dire à quel point il est magnifique,et beau,et triste et...
avatar
Winifred Sanderson
sous- programme

Nombre de messages : 247
Localisation : Salem
Date d'inscription : 29/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le labyrinthe de Pan

Message  Alex le Ven 19 Jan - 15:27

Malheureusement on ne l'a pas vu au cinéma.
On essaie désespérement de le voir par d'autre moyen ..mais Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Dès que disponible en location , hop , home cinéma "vollen back" (expression bruxelloise-a fond!).
On est vraiment impatient:bounce: bounce bounce

_________________
"L'intelligence artificielle ne peut rien contre la stupidité naturelle."
avatar
Alex
Admin

Nombre de messages : 655
Age : 54
Localisation : Dans le système
Date d'inscription : 18/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cinemafantastique.cinebb.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le labyrinthe de Pan

Message  Winifred Sanderson le Ven 19 Jan - 16:38

J'ai un ami qui a tenté de le voir par "d'autres moyens"...il est tombé sur un film X.
Normalement ,il devrait sortir vers mai/juin.
Je suis aussi impatiente que toi. Twisted Evil
avatar
Winifred Sanderson
sous- programme

Nombre de messages : 247
Localisation : Salem
Date d'inscription : 29/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le labyrinthe de Pan

Message  Trinity le Sam 20 Jan - 10:50

pfffff nous met pas la honte Néo......allé une fois.....I love you

_________________
Suis le lapin blanc
avatar
Trinity
Admin

Nombre de messages : 1047
Age : 44
Localisation : Zion
Date d'inscription : 18/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le labyrinthe de Pan

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum